8 juin, 2008

Groupe Scolaire Debussy

Classé dans : — fcpemagnyleshameaux @ 15:08

Bienvenue sur la page qui s’intéresse particulièrement à l’école Maternelle et Primaire du groupe Scolaire Claude Debussy.

C’est définitif le groupe scolaire Debussy fermera ses portes pour la dernière fois le 2 juillet 2009 après 30 ans de bons et loyaux services.

Aucune des propositions des habitants, des enseignants et des parents d’élèves n’a été entendue. Le lundi 22 décembre 2008, en bureau municipal, les élus de la majorité ont voté l’installation des préfabriqués sur le terrain de Marcel et l’installation dans ces préfabriqués des élèves de l’école maternelle Debussy et Jammes pour la rentrée 2009-2010.

Cette « nouvelle » école maternelle portera le nom de « Jammes ».

Les locaux de l’école maternelle Jammes seront transformés pour accueillir à la prochaine rentrée, les 230 élèves qui composeront l’école primaire Louise Weiss.

Le conseil local FCPE a proposé jusqu’au dernier moment, en accord avec l’autre fédération de parents et les habitants, des solutions pour conserver une école sur le terrain actuel, mais rien n’y a fait.

Certains habitants qui ne souhaitent pas que le quartier du vieux Cressely, devienne uniquement un quartier dortoir vont proposer de créer un comité de riverains afin que les 15 000 M2 de l’actuel emplacement du groupe scolaire Claude Debussy, ne soit pas là uniquement pour accueillir des logements, mais aussi des services publics et un terrain de sport, le vieux Cressely étant actuellement le seul quartier à ne pas en posséder.

Bien sûr les enfants de Debussy qui vont intégrer les locaux de Louise Weiss et les préfabriqués Jammes, seront bien mieux logés et accueillis que dans les locaux du groupe scolaire Debussy, les locaux et les équipements étant beaucoup plus récents. La réunion des deux groupes d’enseignants composant les deux groupes scolaires devrait faire de ces « nouvelles » écoles de par la qualité des professeurs, une école où il fera bon pour les enfants de travailler et de s’épanouir.

Des regrets, nous en avons. Nous assisterons au mois de juin à la première fermeture d’école puisque de mémoire de Magnycois, il n’y en avait pas eu depuis fort longtemps.

Quelques remarques à propos de cette fermeture :

  • La municipalité nous avait promis de la concertation. Hors, comme beaucoup d’habitants s’en sont aperçus, nous avons eu au mieux de l’information et au pire un mur sans aucune discussion possible.
  • Le scénario voté le 22 décembre 2008 n’est ni plus ni moins que celui déjà évoqué au mois de mai 2008, lors du conseil d’école de Debussy, ce qui confirme pourquoi il n’y avait pas de discussion possible.
  • C’est un retour de 15 ans en arrière, puisque les quartiers de Cressely et du Buisson, ne vont plus posséder que deux écoles. Souhaitons tout de même que l’ambiance et la situation ne soient pas la même qu’à l’époque, mais les mêmes causes, produisant les même effets, le conseil local FCPE est assez inquiet de ce point de vue.
  • La municipalité de Gauche récemment réélue a malheureusement fait le jeu du gouvernement UMP qui depuis plus de 18 mois maintenant n’a de cesse de fermer des classes et des écoles au niveau national, car c’est connu l’éducation coûte cher et dans ce regroupement le ministère va pouvoir économiser dans un premier temps deux directions d’écoles, puis grâce à l’augmentation inévitable d’enfants par classe, en particulier à l’école élémentaire Louise Weiss, c’est normalement 2 puis 3 postes de professeurs qui pourront être économisés, alors que nous sommes dans un quartier classé Zone Urbaine SensibleCette connivence est pour le moins étrange. D’ailleurs l’opposition municipale a été bien étrangement absente de ce débat.
  • La confiance vis a vis de l’équipe municipale s’est considérablement émoussée, car supprimer une école, n’est pas politiquement anodin et reste un geste fort qui donne un très mauvais signal.
  • Et enfin, ce que les habitants et les parents ont le plus regretté, c’est qu’il n’y a pas de projet derrière cette fermeture. Cette opération à l’échelle du quartier aurait mérité la création d’un projet élaboré en collaboration avec les riverains et les parents d’élèves auquel nous aurions tous adhérés. Mais ici rien de tout cela, nous avons tous remarqué par exemple que la médiathèque va maintenant déménager en urgence et qu’elle est le grand oubli de la solution municipale. Espérons que cet oubli ne se transformera pas en « pas de médiathèque » pour les habitants de Magny les Hameaux en attendant que de nouveaux préfabriqués soient installés près de la maison de l’environnement, ce qui serait du plus mauvais effet ‘nous sommes à la deuxième salve de préfabriqués, quelle anticipation…!!). Une école dans un quartier crée du lien social, hors sur le vieux quartier de cressely qui comptait, il y a quelques années, une mercerie, un garage, une école, une médiathèque et une pharmacie, fin 2009 il n’y aura plus rien, puisque la pharmacie va elle aussi déménager. Pas de projet, pas d’ambition, juste un nouveau quartier dortoir.

Néanmoins cette lutte pour ne pas perdre une école a permis à de nombreuses personnes de se connaître, de discuter et de se trouver des points communs et en particulier celui de l’intérêt de tous à vivre ensemble dans un quartier vivant et dynamique, est le seul point positif.

Gageons que cette fermeture d’école, arrivant après la « privatisation » de la cantine municipale en 2006, ne soit pas un nouveau prélude à une baisse de qualité de l’accueil « péri-scolaire » ou bien même à « Magny Loisirs » qui sont deux atouts attractifs de la commune. La rigueur économique ne peut pas tout justifier.

07/01/2009

——————————-

Voici la lettre envoyée ce jour par le conseil local de Magny les Hameaux à Monsieur le Maire et à tous les élus concernant une proposition alternative à la solution des préfabriqués.

Nous espérons que le serieux de cette proposition servira de base de travail à la commission Debussy qui se réunira demain soir à l’hôtel de ville.

Groupe Scolaire Debussy pdf Solution alternative aux préfabriqués

Bonne lecture.

08/12/2008

——————————-

Compte rendu de la réunion publique du 03 décembre 2008

LE DIALOGUE A TOURNE COURT

Il nous semblait que lors des réunions du 30 septembre et du 01 octobre 2008, la demande des parents présents étaient de concevoir une étude pour la réparation temporaire 2 ou 3 ans de l’école Debussy, ceci afin d’éviter à nos enfants et aux contribuables la mise en place de préfabriqués avant la reconstruction d’une nouvelle école.

Aussi hier soir à eu lieu à l’hôtel de ville, la présentation du rapport d’audit de la société Scoping à propos des locaux de l’école Debussy et de la Médiathèque.

Introduction :

Monsieur Jacques Lollioz a présenté l’objectif de cette réunion et à fait un rapide bilan des enjeux économiques actuels de ce projet pour la communauté d’agglomération. Comme nous nous en doutions la crise financière mondiale commence à avoir des effets sur les finances de la CA (c’est le contraire qui nous aurait surpris).

De l’assistance est intervenu Monsieur Gilles Reynaud 2ème Adjoint au maire pour faire une petite mise au point, qui était que les élus n’avaient pas connaissance du rapport d’audit qui allait nous être présenté dans quelques minutes. Cela nous a semblé sur le plan de la procédure assez étonnant.

Puis une deuxième intervention de Monsieur Denis Guyard président du conseil local de la FCPE, pour regretter que depuis la réunion du 30 septembre et la promesse de la création d’un groupe de travail sur la reconstruction de l’école Debussy, celui-ci ne se soit toujours pas réuni.

Acte premier  – « Les Experts à Magny » 

Société Scoping - Bureau d’étude ingénierie Bâtiments

Deux jeunes femmes ont présenté, ce fameux rapport. Au fur et a mesure des résultats, nous étions rassurer. La structure n’est pas endommagée. Il y a bien de l’amiante dans l’école mais celle-ci est inerte, puisque dans la colle du dallage et dans le fibrociment qui recouvre tous les murs extérieurs de l’école. Tant que l’on ne touche, ni à l’un ni à l’autre, l’amiante n’est pas volatile et donc ne présente pas un danger (puisque non présente d’atmosphère respirée par nos bambins).

On savait que la toiture était en mauvaise état, car il arrive de temps à autres des infiltrations lors de fortes pluies. Les chenaux des gouttières sont engorgés, ici manifestement l’entretien municipal laisse à désirer, mais avec une bonne échelle et sans monter sur le toit, ceci devrait pouvoir s’arranger grâce au professionnalisme de nos services municipaux. Les chaudières ont été correctement entretenues, seul les plinthes et  certains bâtis sont en mauvais états. La commission de sécurité avait tout de même donné sont accord pour l’ouverture de l’école en août dernier, la situation ne pouvait s’être dégradée de façon dangereuse en quelques mois.

L’école est donc dans l’état d’usage d’un bâtiment préfabriqué de trente ans.

Puis est venu le devis, car l’étude devait être chiffrée. Si l’on ne peut pas contester le travail rigoureux de Scoping dans l’étude technique des bâtiments (ils ont d’ailleurs pointé quelques faiblesse dans le rapport Norisko du mois d’août précédent), il a semblé néanmoins que le chiffrage du montant des réparations pour « remettre en état » l’ensemble du bâtiment soit exorbitant. Dans ce chiffrage, est indiqué par exemple le remplacement du toit, des dalles de plafond et de l’isolation pour la somme de 1.5 Million d’euros HT sur les 3.3 Millions d’euros HT de l’ensemble du chiffrage.

Je crois que sur ce plan là, nous n’avons pas été compris par la municipalité. Il est tout à fait impensable de dépenser 3.3 Millions d’euros pour prolonger la durée de vie de ce bâtiment pour 3 ans, car les parents d’élèves sont aussi bien des électeurs que des contribuables. Ce n’est pas ce que nous voulons.

Notre demande était dans un premier temps de savoir s’il y avait une urgence absolue sur la solidité du bâtiment. Ni le rapport du mois d’août de la société Norisko, ni le rapport présenté hier soir par Scoping n’ont pointé ce risque. C’est un soulagement.

Notre deuxième demande était d’étudier la possibilité de faire les travaux vitaux pour que ce bâtiment puisse tenir encore 3 ans, le temps d’éviter la période des préfabriqués de façon à ne financer que la reconstruction définitive. Cet évitement comme vous le verrez plus tard a une incidence primordiale sur la suite de la réflexion, car comme il nous a été présenté par la suite, ces préfabriqués devraient nous coûter (à nous tous contribuables de la communauté d’agglomération de Saint Quentin en Yvelines) 2.5 millions d’euros.

Hors sur cette demande particulière les jeunes femmes de la société Scoping ont été incapables de répondre de façon définitive et adéquate, même si après la réunion, lors de discussion en tête-à-tête, des nuances pouvaient apparaître.

Monsieur le Maire nous assuré que le dossier Debussy était prioritaire à la CA, que Monsieur Cadalbert était d’accord pour financer et des préfabriqués et une école (cela est contradictoire avec l’introduction)

Aussi quel ne fût pas notre étonnement lorsque quelques instant plus tard, Monsieur Lollioz interroger sur la médiathèque, nous a affirmé qu’il devait trouver une installation en dure pour héberger celle-ci, car il n’était pas question pour la CA de payer une solution provisoire (des préfabriqués par exemple) et une reconstruction définitive et qu’en conséquence la médiathèque sera prochainement dans les locaux d’EADS (derrière la maison de l’environnement).

Deuxième acte – « Sécurité Maximum » 

Emmanuel Cattiau – directeur général de la Mairie de Magny les Hameaux 

Nous avons eu le bonheur d’une présentation sur les risques encourus par un maire et le directeur général des services municipaux en cas d’accidents dont ils pourraient être reconnus responsable.

Malgré les compétences avérées de ce fonctionnaire territorial, le ton monocorde et le sentiment que l’orateur avait été astreint à ce descriptif public a laissé une partie de l’assistance dubitative sur l’objectif de ce monologue.

A noter que personne n’était au courant du rapport Scoping, hors dans cette présentation, il était déjà noté (alors que la présentation venait de se terminer quelques instants auparavant) qu’avec le problème de toiture, les techniciens municipaux n’auraient plus le droit d’y monter.

Quelle rapidité….

Troisième Acte – « L’argent de poche »

Maurice Rapaille 4éme Adjoint aux Finances & aux affaires économiques.

M Rapaille a expliqué que si la commune devait financer ces 3.3 millions d’euros, cela ferait environ une hausse des impôts locaux de 8.5 %, même si on étalait la dépense sur 15 ans (pour une école avec une durée de vie de 3 ans), les simulations des emprunts bancaires donneraient un endettement de 105€ par foyer fiscal.

Ne revenons pas sur le fait que l’étude quelques instants plus tôt était complètement inconnue des élus, mais force est de constater que M Rapaille connaissait parfaitement les chiffres, puisqu’il a pu calculer jusqu’à l’endettement par foyer en quelques minutes.

Il a donné le coût estimé, d’une école neuve environ 4.5 millions d’euros.

A ce moment quelques personnes dans la salle ont fait justement remarquer que la base de la simulation (3.3 M€) effectuée par M Rapaille auprès des banques, pouvait être considérablement réduite, si on s’affranchissait du devis de Scoping et que l’on ne faisait réparer que le strict nécessaire. Pas de réponse d’aucun des participants sur « l’estrade ».

Juste pour faire un petit point pour les lecteurs des sommes avancées :

Les préfabriqués                                 2.5 millions d’euros*

Reconstruction                                   4.5 millions d’euros**

Total de la solution municipale :      7 millions d’euros***

*Ce chiffre ne contient pas le coût des re-aménagement de l’école Jammes taillée pour accueillir des maternelles (changement des toilettes, du mobilier, etc…), du coût des infrastructures à modifier sensiblement rue Hodebourg et de la gerbe d’or en terme de voirie.

**A noter que lors de la deuxième réunion du mois de septembre, le chiffre de la reconstruction était à l’époque de 5.4 millions d’euros, nous avons gagné 900 K€ en deux mois, nous avons bien fait d’attendre.

***Cette solution permet en fait à la commune de Magny de faire financer par la communauté d’agglomération la totalité de l’investissement soit 7 millions d’euros. Pourquoi diable la CA paierait pour l’école Debussy 155% de son prix ?. Point étonnant lorsque celui-ci est rapproché de l’introduction de M Lollioz du début de séance.

Quatrième Acte – «Ephémère à roulette »

Philippe Vallier –  Architecte à la Communauté d’Agglomération de SQY.

Monsieur Vallier, nous a fait part de la possibilité de mettre à disposition pour la rentrée de septembre 2009, des bâtiments pré-industrialisés permettant d’accueillir 6 classes (de maternelles ou de primaires), un bâtiment de restauration, un bâtiment pour le périscolaire.

Le pré requis est que le permis de construire devrait être déposé immédiatement, puisqu’il faut 3 mois pour l’obtenir (ce à quoi Monsieur Lollioz a judicieusement rappelé que les 3 mois sont un minima, si aucun riverain ne dépose de recours) et environ 4 ou 5 mois pour mettre le terrain en ordre pour recevoir ces bâtiments provisoires.

M Vallier nous a affirmé que ces préfabriqués pouvaient être démontés facilement et éventuellement stocké chez le constructeur de ces bâtiments en raison d’un accord les liant à la CA.

Cinquième Acte – « Entre les murs »

Frédéric Puzin – Inspecteur d’Académie de la circonscription de Guyancourt

Monsieur Puzin a commencé son intervention en prévenant qu’il ne donnerait pas son avis sur le maintien ou non de l’école Debussy dans les locaux actuels en tant que telle.

Il a été interpellé pour qu’il confirme qu’en cas de regroupement de Debussy primaire et Weiss primaire, il n’y aurait pas de fermeture de classe (que les 11 classes actuelles seraient reconduites). Malheureusement quelques minutes plus tôt il avait laissé entendre que la sixième classe de Weiss serait sûrement fermé l’année prochaine et certaine personne dans la salle lui ont fait justement remarquer que si le ministère de l’éducation nationale poussait au regroupement des établissements c’était sûrement pour faire des économies de postes et ne pas laisser les choses en l’état. Monsieur Puzin n’a pas infirmé cette assertion.

Néanmoins l’engagement qu’il n’y ait pas de fermeture de classe en 2009 a été pris, mais monsieur Puzin n’a pas pu confirmer pour les années suivantes et pour cause, nous savons de source sûre qu’à terme pour environ 230 élèves de primaires, il ne restera que 8 classes.

Sixième Acte  – « point de mire »

Questions diverses

Les parents et les habitants ont ré affirmer leur volonté inébranlable de d’éviter de payer des préfas et une reconstruction, ce qui ferait quand même économiser 2.5 millions d’euros.

Qu’il fallait envisager non pas des travaux tel que proposer par la société Scoping, mais à minima pour permettre l’économie des préfabriqués

Que le projet est d’une grande importance pour tout un quartier et qu’il ne fallait pas le réduire à une question de responsabilité et de finance.

Un participant a demandé expressément que soit ré-étudier la possibilité de garder sous perfusion Debussy Primaire pour éviter encore une fois la dépense inutile des préfabriqués.

Acte final – « Divorce à l’Italienne »

Monsieur Lollioz a mit fin précipitamment à la séance de questions et réponses, laissant les participants sur leur faim vers 23h30.

Moralité :

La municipalité est toujours arc-bouté sur la solution présentée par Mme Mercier en mai 2008 au conseil d’école de Debussy primaire (il faut rappeler qu’à l’époque, aucune étude sérieuse n’avait été faite sur le bâtiment) qui avait annoncé les préfas sur le terrain Marcel avec un reconstruction sur le même terrain. Comme par hasard le scénario de ce soir colle parfaitement à ce qui a été décidé sans concertation il y a 6 mois.

Ce soir nous avons eu 3 promesses :

  • 1. Les préfabriqués seront peut être démontés et donc ne resteront pas pour 30 ans sur le terrain de Marcel.
  • 2. La CA s’est engagée à payer les préfabriqués et une nouvelle école pour un coût de 155% du prix de la reconstruction d’une école seule.
  • 3. Monsieur l’inspecteur d’Académie s’est engagé à ce qu’il n’y ait pas de fermeture de classe en 2009.

Nous sommes un bon nombre a penser qu’aucune de ces 3 promesses ne seront tenues, d’ailleurs rien de « contractuel » ne pourra contraindre les personnes qui ont fait ces promesses, à les tenir.

La crise financière affectant déjà les finances de la CA comme justement indiqué par monsieur Lollioz en début de séance, il est fort probable les deux premiers points ne pourront être tenu (les crédits de la CA sont voté d’année en année actuellement rien n’est inscrit au budget de la CA concernant la reconstruction)

Quant au point numéro 3, si nous pouvons acté de la bonne foi de M Puzin qui a toujours fait le maximum pour nos écoles de Magny les Hameaux, nous avons aussi le sentiment profond que son ministre de tutelle lancé depuis 18 mois maintenant dans une œuvre de destruction intensive des atouts de l’éducation nationale, ne pourra tenir sa promesse.

05/11/2008

——————————-

Voici le compte rendu du dernier conseil d’école de la primaire Debussy du 18 octobre 2008

pdf debussyprimairecrconseilecole1810200827112008.pdf

29/11/08

——————————-

VENEZ NOMBREUX LE MERCREDI 03 DECEMBRE 2008 à 20H45 à l’hotel de ville de Magny, pour refuser la disparition du groupe scolaire Debussy et de la médiathèque du quartier.

Aucune des propositions des parents d’élèves ou des riverains n’a pour le moment été accepté. C’est un dialogue de sourd, pour des raisons que nous ne connaissons pas il y a urgence à libérer le terrain de l’école Debussy.

Economiquement le projet ne fera rien économiser à la commune puisque le paiement d’une ATSEM de moins sera intégralement décompensé par la fin de la location de la communauté d’agglomération pour la médiathèque. Plus les cout induits de remise aux normes du groupe Weiss/Jammes et de viabilisation du terrain de Marcel qui ont été minorés. Les préfabriqués n’auront bien entendu pas une once de developpement durable alors qu’avec la crise actuelle, seule des économies de fonctionnement grace à l’énergie positive par exemple peuvent durablement générer moins de dépenses de façon récurrente.

Pédogogiquement rien n’a été étudié, puisque des préfas vont etre posé très vite sur le terrain de Marcel, les effectifs par classes vont augmenter, il n’y aura plus de tutorat possible entre les primaires et les maternelles et enfin les enfants de Jammes qui sont actuellement dans de beaux locaux vont se retouver dans des préfas sans fioritures.

Pratiquement, la rue de la gerbe d’or va devenir le grand boulevard de Magny les Hameaux, la rue étant déjà étroite et la circulation très réglementé sur Hodebourg, il est certain que le matin et le soir, le casse tête de la circulation va s’accentuer. Quid du local de cantine pour la maternelle sur le terrain de Marcel. Le centre péri-scolaire est il adapté au doublement de sa population dans 9 moins. Actuellement c’est le flou le plus total, dommage pour un projet qui va déstabiliser le quartier pour au moins une quinzaine d’années.

La municipalité devait réunir les habitants, les parents & les professeurs pour les consulter et les concerter avant toute décision. C’est tout l’inverse qui s’est passé, puisque dès Mai 2008, la décision finale étaient déjà prise (le pire c’est que monsieur le Maire a accepté de refaire faire un audit de l’école, alors que son scénario n’est pas négociable). La confiance est ébranlée durablement.

26/11/2008

——————————–

Il semble que les nouvelles en provenance directe de la communauté d’agglomération, soit assez alarmistes à propos de la reconstruction de l’école Debussy et de la médiathèque. A ce jour et compte tenu de la crise financière, il semble tout à fait incertain que la CA achète des bâtiments industrialisés (80% du coût d’une construction en dure), puis projette dans les 3 ou 4 ans à venir la reconstruction d’une école. La CA ne voudra pas payer 2 fois pour un même projet. Et même si elle l’écrivait par l’intermédiaire de son président dans une lettre de « confort », aucune date ne serait arrêtée. Il y a donc fort à parier que les préfas de Debussy deviennent des préfas pour 10 à 15 ans sur le terrain à Marcel.

D’ailleurs d’autres projets de pré fabriqué sont à l’étude pour le terrain à Marcel, CAP Ados par exemple, sur ce terrain n’y pousseront plus des carottes, mais bel et bien des préfabriqués.

Concernant la médiathèque, après discussion avec les personnels du site, il nous a été confirmé que celle-ci ait été rénové, il y a 4 ans maintenant. Ce qui est possible pour la médiathèque qui a les mêmes contraintes d’accueil de public, ne le serait pas pour l’école Debussy. Nous pensons que l’on cherche à nous endormir. D’autre part, il est clair que si la médiathèque était amenée à déménager fin août 2009, vers un lieu inconnu et sûrement dans des préfabriqués (pourquoi pas sur le terrain à Marcel….), la reconstruction pour 2011-2012 d’une médiathèque et d’une Ludothèque telle que définies actuellement, serait repoussé aux calandres grecques. D’autres part en faisant déménager la médiathèque (louée par la CA à la commune) la commune se prive d’un revenu locatif que l’on peut estimer de 30 à 50.000 euros par an, faisant tomber de fait l’argument financier de la mairie, à propos de l’économie d’un poste d’ATSEM (30 000 euros).

Avez vous lu le très bel article de commande dans le Magny Mag du mois de Novembre, signé de M Omessa, qui ne faisait ni parti du comité Debussy et qui n’était pas aux deux réunions d’informations publiques, et qui d’un seul coup s’intéresse pour la première fois à l’avenir de l’école Debussy. Nous sommes heureux de voir que cette reconstruction de plus en plus aléatoire, pour ne pas dire compromise, intéresse d’autres conseillers municipaux. Sécurité quand tu nous tiens….

Nous possédons aussi d’autres informations en provenance de la communauté d’agglomération, que nous souhaitons vérifier avant de vous en faire part, la suite au prochain numéro.

10/11/2008.

——————————–

Lettre envoyée à M Cadalbert (président de la communauté d’agglomération de Saint Quentin en Yvelines) :

pdf lettrecadoc.pdf 

04/11/2008

——————————–

Lettre envoyée a M Lollioz pour la création d’un comité sur la reconstrcution de l’école Debussy :

pdf lettrefcpecrationcomitdebussy141020081.pdf

14/10/08

——————————–

Primaire

Avec 89.9% des suffrages exprimés la liste FCPE aura donc 4 élus sur les 5 places au conseil d’école.

Maternelle

Avec 100% des suffrages exprimés la liste FCPE aura donc 2 élus sur les 2 places au conseil d’école.

Merci a tous les parents qui ont apporté leur soutien aux listes FCPE du groupe scolaire Claude Debussy.

18/10/2008

————————————– 

Vous trouverez ci dessous les professions de foi pour le groupe scolaire Claude Debussy :

 pdf professiondefoidebussyprimaire09102008.pdf

pdf professiondefoidebussymaternelle09102008.pdf

 

———————————

Vous pouvez trouver ci dessous la lettre envoyée ce jour à Monsieur le Maire, concernant la liste des habitants et parents d’élèves qui feront partie de la commission pour étudier la remise en état de l’école Debussy pour se donner du temps pour la solution définitive de reconstruction.

pdf lettrefcpecrationcomitdebussy14102008.pdf

Les négociations s’annoncent difficiles suite aux explications données par M Lollioz hier soir pendant le dernier conseil municipal. (voir le compte rendu : http://www.alainlevot-magny-les-hameaux.com/page1000.html)

Néanmoins nous déploierons toute l’énergie nécessaire pour que la reconstruction de l’école se fasse sur le terrain actuel.

14/10/2008

——————————–

Mardi 30 septembre 2008, a eu lieu la première réunion publique d’information à propos de la décision de la municipalité concernant l’avenir de l’école Claude Debussy.

Il y avait dans la salle du conseil une centaine de personnes, parents, habitants, enseignants et élus.

La réunion a été animé. Après la présentation par Mme Mercier et  M Lollioz (ils ont d’ailleurs été bien seuls à défendre la décision) du travail des élus du comité dédié à la reconstruction de l’école Debussy et des raisons qui ont présidé à l’accélération de la prise de décision :

  1. Risques électriques révélés par la commission de sécurité.
  2. Economie d’un poste d’ ATSEM lors du regroupement des maternelles.
  3. Le terrain dit de « Marcel » appartient au comité d’agglomération et donc si investissements il y a c’est le comité d’agglomération qui financera les travaux. (contrairement au terrain de l’école Debussy appartenant à la commune)

Puis les participants ont fait part de leur remarques.

La plupart des remarques avaient déjà été soulevées par les parents d’élèves et riverains et relayées par la FCPE.

Les points qui ont le plus suscités de réserves :

  • Proximité d’une école maternelle en préfabriquée côtoyant un chantier pendant plusieurs années.
  • Aggravation des difficultés de circulation sur la Gerbe d’Or et enclavement du terrain de Marcel
  • Création d’une grosse école de 400 élèves, contrairement à ce qui a toujours été fait à Magny et problèmes pédagogiques engendrés.
  • Possibilité d’échanger ou de vendre le terrain de Debussy au comité d’agglomération pour prise en charge du financement par celui-ci (déjà réalisé dans le passé sur d’autres parcelles)
  • Déplacement de la médiathèque.
  • Si risques électriques il y a, pourquoi la rentrée 2008 à t’elle eu lieu ?.
  • Pourquoi ne pas privilégier la réparation des installations de Debussy pour éviter de grosses dépenses à la commune ?

Les adhérents FCPE sont intervenus durant les débats, mais la plupart des interventions venaient d’habitants et de parents non affiliés.

Trois interventions ont été particulièrement remarquées celle d’un riverain de la rue de la gerbe d’or, électricien de son état qui a martelé son opposition à faire cohabiter une école maternelle avec les poussières, bruits, camions et nuisances diverses d’un chantier. La seconde intervention de M Alain Le Vot concernant  la possibilité de réparation électrique à envisager sérieusement et la confiance manifestement altérée de la présentation de ce projet à la population sans concertation. Puis c’est un père de famille qui a proposé à la municipalité de relancer la réflexion sur la reconstruction de l’école Debussy sur le site actuel.

Finalement ce qui a été acté, c’est la nécessité de positionner des préfabriqués (de grande qualité) sur le terrain à Marcel, si pas de possibilité de réparer l’électricité dans l’école Debussy et la création d’un comité ad hoc composé cette fois ci d’élus, de représentants de parents d’élèves, d’enseignants et d’habitants du quartier pour revoir sérieusement la possibilité de reconstruire un groupe scolaire sur le terrain actuel de Debussy.

A la sortie de la réunion les participants étaient soulagés d’avoir obtenu un ré examen complet de la reconstruction, car la solution envisagée ne correspondait pas du tout au souhait de la majorité des participants.

Faisons maintenant confiance à ce nouveau comité pour adopter un projet beaucoup plus équilibré pour les enfants et le quartier, l’essentiel étant de préserver la qualité d’enseignement et d’environnement pour nos enfants.

01/10/2008

————————————–

Le projet de la municipalité tel qu’actuellement proposé est inadapté aux besoins des enfants et des habitants du quartier de Cressely et du Buisson.

Parlez en a vos voisins, vos amis et connaissances du quartier. Ce projet déséquilibre complétement le maillage de Cressely, va créer une écoles de 400 élèves en lieu et place de deux écoles de proximité, va créer des classes surchargées pour nos enfants lors du regroupement, va créer de gros problèmes de circulation sur la rue de la gerbe d’or et la rue Hodebourg et va jeter les élèves des deux écoles maternelles dans des préfabriqués, qui cohabiteront avec le chantier de reconstruction durant 4 ans voire plus.  Ce projet est inadapté, il doit être abandonné.

pdf tractdebussyreunionpublique30092008.pdf 

Vous avez pris connaissance par l’intermédiaire de notre tract ci dessous, du projet présenté par la municipalité concernant la fermeture de l’école Debussy au 01 septembre 2009 et la reconstruction d’une école maternelle pour regrouper Jammes et l’ex maternelle Debussy sur le terrain dit « Marcel ».

pdftractreconstructiondebussy.pdf

Si de prime abord cela ne semble pas choquer à y un regarder de plus près, ce projet est complètement inadapté et ne répond en rien aux besoins, des enfants, des professeurs, des parents et des habitants du quartier de Cressely et par extension à celui du buisson.

Quelle est la situation actuelle :

Dans le quartier de Cressely & du Buisson qui regroupe quasiment la moitié de la population de Magny les hameaux, 3 groupes scolaires et un collège se partagent la gestion de quelques 1100 enfants.

Les trois groupes scolaires (Gide /Weiss / Debussy) sont répartis sur l’ensemble du périmètre et constituent des points d’équilibre du quartier. (voir carte scolaire ci dessous) :

pdf schmaprimtrescolaire.pdf

pdf sdoc0809261052140001.pdf

 

La volonté des mandatures précédentes était bien celle de répartir équitablement les enfants de l’ensemble du quartier dans de petites écoles de proximités, ou les quelques enfants « à problèmes » seraient immergés dans une structure où tout le monde se connaît, où les problèmes sont vite identifiés et où l’on puisse les résoudre sans stigmatiser les enfants.

Pour garantir cette volonté le périmètre scolaire a été défini avec pour objectif de brasser les populations de façon équitable pour le bien de tous. ( voir le périmètre en pied de page : http://fcpemagnyleshameaux.unblog.fr/les-groupes-scolaires-de-la-commune/ ).

Le groupe scolaire Claude Debussy accolé à la médiathèque est le dernier îlot dans le vieux Cressely, d’équipement collectif. Si le groupe scolaire et la médiathèque quittent leur emplacement actuel, des habitations seront construites.

Comme le vieux Cressely est le seul quartier de la commune à ne pas avoir par exemple de Terrain multi-sports, ce dernier deviendra un quartier dortoir et l’on sait qu’un quartier dortoir est à terme un quartier dont on ne se soucie plus. « On y rentre , on y mange, on y dort, dans le quartier on y vit pas, c’est juste un coin pour dormir ».(voir http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ES386A.pdf)

Ces petites écoles de quartier, si elles ne sont pas parfaites (surtout du point de vue de l’Inspecteur d’Académie), possèdent toutes de même plusieurs avantages :

  1. Tous les élèves se connaissent
  2. Les enfants s’y rendent majoritairement à pied
  3. Les enfants de toutes les catégories sociales y sont amis
  4. L’équipe enseignante est réduite et plus soudée. (pas de clan)
  5. Les professeurs connaissent tous les enfants
  6. Les problèmes sont détectés plus vite
  7. Les effectifs des classes se situent en moyenne à 26 élèves pour les maternelles et 23 pour les primaires
  8. Les enfants en difficultés sont repérés immédiatement
  9. Les parents se connaissent mieux

Tous ces avantages créént du lien entre les différentes populations et permettent une gestion quotidienne à « taille humaine ».

Cet été deux inspections ont été diligentées par les services techniques de la mairie. La première concernant la structure du bâtiment et la seconde pour les aspects ayant trait à la sécurité. Si du coté de la structure, le rapport ne laisse rien présager de dangereux, le rapport de la commission de sécurité a pointé des problèmes électriques dus à la vétusté de ces préfabriqués. Des travaux ont été effectués pendants les vacances et la commission de sécurité a donné son agrément pour l’ouverture en septembre 2008.

La vision de l’inspection académique & du ministère :

Cette vision a été révélée à maintes reprises dans les interviews de l’inspecteur d’Académie de Versailles et illustrée lors de l’entretien qu’ont eu les parents d’élèves FCPE, le 8 avril 2008, lors de la journée Ecoles Mortes sur Magny les Hameaux.

Extraits des propos de M. Jean Noël Dupont, inspecteur de l’Académie de Versailles :

« L’école publique est réservée aux pauvres, les riches ont les moyens d’aller voir ailleurs… »

« Les instituteurs de maternelles et de primaires sont formés pour enseigner à 30 ou 40 élèves »

« La gestion des écoles à Magny les hameaux, révèle trop de petites structures… »

La vision de l’inspecteur est claire et donc uniquement guidée par des choix comptables, plus de classes à 40 élèves, c’est moins de classes et de professeurs à payer. Les pauvres peuvent s’entasser à 40 par classes cela ne gêne pas, les riches avec l’assouplissement de la carte scolaire s’en sortiront toujours…. Circulez il n’y a rien a voir….

Depuis quelques jours, nos gouvernants ont fini par cracher le morceau sur la suppression de l’école le samedi (Interview de Luc Ferry). Ce qui a poussé à fermer les écoles le samedi et à transformer les heures récupérées en heures de soutien, n’est ni le bien être des enfants, ni le souhait des parents. C’est que ce soutien jusqu’a présent effectué par le RASED est maintenant accomplit par les instits des élèves et permet donc d’économiser les 8 000 postes de professeurs spécialisés du RASED. (Réseau d’Aide Spécialisé aux Enfants en Difficultés)

Au collège la diminution des horaires jusqu’au minima plancher par matière résulte de la même analyse. Une heure d’enseignement en moins par semaine au collège fait économiser 10 000 postes d’enseignants par an.

Maintenant que ces astuces techniques ont été employées, il faut s’attendre pour les années à venir, à des coupes beaucoup plus franches dans les programmes et les effectifs.

Les implications du projet de la municipalité :

La création d’un groupe scolaire qui reprendra les effectifs de maternelles Debussy/Jammes et Debussy/Weiss environ 400 élèves (un petit collège)

Le regroupement des primaires Debussy + Weiss dans les locaux actuels de l’école Jammes et Weiss.

Le regroupement dans des préfabriqués des écoles maternelles Debussy & Jammes à la rentrée 2009 sur le terrain à « Marcel ».

Ces préfabriqués devront cohabiter pendant plusieurs années avec un chantier qui sera aux portes de la Maternelle. Le chantier et des petits qui font la sieste ne vont pas faire bon ménage.

Les préfabriqués doivent être la solution, quand toutes les autres hypothèses auront été éliminées.

Lors du regroupement des écoles primaires, les 6 classes existantes à Weiss et les 5 Classes existantes à Debussy ne laisseront place qu’à 9 classes de primaires, soit une hausse importante des effectifs de chaque classe. (Actuellement la moyenne des effectifs à l’école Weiss est de 21 élèves par classe, après regroupement probablement 28 élèves).

Plus de travail commun et tutorats possibles entre les maternelles et les CP.

De plus ce seuil fatidique des 10 classes ne sera pas franchi et il n’y aura donc pas de décharge supplémentaire pour le directeur de ce nouvel ensemble, alors que l’effectif de la primaire aura doublé.

Création d’une cinquantaine de pavillon sur le terrain de Debussy.

Plus d’équipement collectif dans le vieux Cressely avec le départ simultané de l’école et de la Médiathèque.

La rue de la Gerbe d’or qui n’est pas taillé pour recevoir l’afflux de circulation engendré par le doublement de l’école, va être saturé. D’autant que la rue Hodebourg est une voie qui va devenir dans les mois qui viennent, une voie réservée à la circulation douce (bus / vélo / urgence) et aux riverains. Pourquoi déporter la circulation à un endroit où l’on ne souhaite pas l’avoir ???.

D’après les renseignements que nous avons collectés sur Internet, le coût d’installation, de mise en route et de raccordements de préfabriqués, lors de la phase de construction d’une nouvelle école représente environ 20 à 30% du total de la facture. Pour construire une école suivant la taille et l’importance, les estimations se situent entre 4 & 6 millions d’euros. Avec 3 ou 4 ans de préfabriqués (durant des travaux) la facture pourrait être rallongée pour approcher un total de 6 à 8 millions d’euros. Cette différence ne serait elle pas mieux utilisée pour faire de ce nouvel ensemble une exemplarité en terme de développement durable et de bien être pour les enfants…

Pourquoi la FCPE n’adhère pas a ce projet :

D’abord la municipalité avait annoncé que les parents et habitants seraient consultés avant la prise de décision. Hors c’est l’inverse qui se passe, il y a une décision de principe qui est prise par la municipalité (bureau municipal du lundi 22 septembre 2008) et on viendra expliquer avant la fin septembre aux habitants, la solution.

Cette façon de faire ne nous convient pas, elle est en contradiction avec ce qu’a  écrit Mme Mercier dans le dernier Magny Mag (page 7) et ce procédé est inadmissible. Les parents d’élèves et les habitants du quartier sont à même de comprendre des éléments clairement exposés et de se décider en fonction de l’intérêt général. Cette attitude nous étonne de la part de M. Lollioz qui a été pendant longtemps, président des parents d’élèves de Magny les Hameaux.

La concertation des habitants, parents, enseignants est un préalable avant toute décision.

Pourquoi d’un seul coup une telle précipitation ? Les locaux étant sécurisés, que se passe t’il donc. Maintenant, on nous soumet (sans nous présenter le document) que le rapport de la commission de sécurité pointe des risques d’incendie ou d’électrocution dans les bâtiments.

Soit il n’y a pas de problèmes et l’école a été ouverte à raison le 2 septembre 2008. Soit il y a de graves problèmes et l’école a été ouverte à tord. Si la rentrée a bien eu lieu, cela nous laisse à penser que les problèmes électriques ont été circonscrit par des travaux pendant l’été et même si une mise aux normes doit encore intervenir, celle-ci ne justifie en rien de jeter 150 élèves de maternelles dans des préfabriqués et créé des problèmes de fonctionnement dans une deuxième école de Magny, le groupe Weiss/Jammes.

Dans tous les cas une mise aux normes électriques s’avèrera bien moins coûteuse que d’acheter ou de louer des préfabriqués pour 3 à 4 ans. N’oublions pas que se sont nos impôts, même si c’est le comité d’agglomération qui paie les travaux de construction.

Pourquoi doit on libérer le terrain de Debussy si vite ? A t’on promis quelque chose à des investisseurs ?.

D’autant que le départ de la médiathèque va aussi priver la commune des recettes que le comité d’agglomération verse à la commune pour la location d’un bout de l’école.

L’argument économique mit en avant lors que notre rencontre se borne à l’économie d’un poste ATSEM (Agents Territoriaux Spécialisés des Ecoles Maternelles), lors du regroupement des maternelles (environ 30 000 €). Cela semble aberrant de décider du sort d’un quartier et du bien être de 200 enfants sur ce critère d’économie unique. D’autant qu’avec les nouveaux logements et le morcellement des terrain dans Cressely, autorisé par le nouveau PLU, cela renforcera la densité d’habitation et accroîtra donc automatiquement les effectifs de la nouvelle maternelle. Il y a fort à parier que cette économie ne durera que 1 ou  2 ans.

Pourquoi d’un seul coup jeter aux oubliettes, trois décennies d’équilibre et de mixité en créant un groupe scolaire du double de la taille de ceux existant ?.

Les écoles à deux classes ne sont plus viables (Debussy maternelle en 2008/2009 est maintenant une école a deux classes). Voici un bel argument martelé par l’inspection académique. Dans ce cas de figure l’école Rosa Bonheur aurait donc dû disparaître depuis longtemps. Néanmoins cela veut-il dire que dès l’année 2009/2010 l’école primaire Rosa Bonheur va fusionner avec l’école St Exupéry ou Samain, les mêmes causes produisant les même effets ??. Mais fort heureusement il n’en est pas question.

Dans toute la France ont réduit la taille des collèges par exemple (les gros collèges de 900 élèves sont coupés en deux pour permettre un gestion à taille humaine) et à Magny dans les primaires et les maternelles nous ferions l’inverse… !!

Le gouvernement se charge déjà de mettre nos enfants dans une situation inconfortable (classes surchargées en particulier), pas la peine d’en rajouter localement.

Pour résumer, pas de concertation, pas de prise en compte de l’aspect pédagogique de la reconstruction. L’endroit de la reconstruction n’est ni adéquat par son positionnement pour l’équilibre du quartier, ni judicieux pour la circulation, c’est un projet à courte vue et échaffaudé sur une prévision économique minimaliste.

La mixité des populations qui faisait l’atout majeur de nos petites écoles de proximité, va laisser place à une concentration excessive, sur un seul site. Les maternelles devront cohabiter avec un chantier pendant plusieurs années, sans compter le désagrément engendrée cette cohabitation va être source de problèmes de sécurité.

Aucune des solutions élaborées par la FCPE avec les parents d’élèves de toutes obédiences confondues dans son tract du mois de mai, puis dans la pétition remise à M Lollioz courant juillet 2008 avec 67 premiers signataires n’ont été prise en compte dans les réflexions du groupe dédié à la reconstruction de l’école Debussy

Un groupe de travail qui s’est réunit pendant plus de 3 mois dans le plus grand secret et qui dans sa conclusion ne prononce pas un seul mot sur l’intérêt pédagogique de la solution, ni de l’aménagement du quartier, se contentant de l’espérance d’une vague économie aléatoire non pérenne pour fonder sa conclusion, ne semble pas raisonnable. Les habitants et les parents d’élèves auraient  pu faire utilement partis de cette commission.

Nous souhaitons un ré-éxamen de toutes les solutions sans en privilégier une plutôt que l’autre, c’est l’intérêt des enfants et des habitants qui doivent guider le choix final.

La décision était déjà t’elle prise bien avant le mois de mai 2008, c’est l’impression que nous avons ressentie à l’issue du rendez-vous, puisque aucune estimation chiffrée d’une solution ou d’une autre n’a pu nous être fourni.

Nous appelons les élus à ne pas valider ce projet qui ne convient à personne

Nous appelons les parents d’élèves a se tenir prêt pour de futures actions auprès de la municipalité, si celle-ci campe sur ces positions.

22/09/2008

——————————————-

Nous sommes a la recherche de bonnes volontés parentales pour initier un projet de Pédibus pour l’école Debussy Maternelle et Primaire.

Si vous êtes interessés, n’hésitez pas à nous contacter : fcpemagny@yahoo.fr

03/09/2008

——————————————–

 A ce jour nous n’avons toujours pas de nouvelles concernant l’avenir de l’écolde Debussy, ni de réaction à l’envoi de notre pétition du 17 juillet 2008. Nous savons que pendant les vacances, la commission de sécurité et une étude sur les structures ont été diligenté.

Comme le groupe scolaire a ouvert normalement aujourd’hui on peut donc supposer que ni la commission de sécurité, ni l’étude sur les structures n’ont trouvé de problème majeure et c’est tant mieux pour nos enfants.

Néanmoins il faut maintenant que les parents d’élèves soient associés au processus de décision à propos de la reconstruction.

Nous solliciterons dans les jours a venir un rendez vous avec Monsieur le Maire et sa première adjointe en charge du dossier.

Il est évident que nous ne nous satisfairont pas de la présentation d’un projet déjà ficellé et qui ne prend pas en compte les 5 demandes récurrentes des parents d’élèves.

Nous vous tiendrons bien sûr informés de notre démarche.

02/09/2008

——————————————-

Voici la lettre adressée à Monsieur le Maire de magny les hameaux avec les 67 premières signatures de la pétition pour la reconstruction du groupe scolaire Debussy sur le site actuel.

pdf lettreptitiondebussy.pdf

17/07/2008

——————————————-

Lundi 30 juin 2008 a eu lieu à la cantine Debussy une réunion organisé par la FCPE de Magny les Hameaux pour faire le point sur la reconstruction de l’école Debussy.

Une cinquantaine de personnes ont participé à la réunion, vouc trouverez dans les prochains jours un compte rendu complet de cette réunion.

02/07/2008

——————————————-

 Compte rendu du conseil d’école Claude Debussy élementaire :

 pdf crdebussyprimairemai200817072008.pdf 

——————————————-

Liste des Fournitures Scolaires pour la rentrée en CP 2008-2009

pdf listerentrecpdebussy20082009.pdf

25/06/2008

——————————————–

 Compte rendu du Conseil d’Ecole de la maternelle Debussy du 13/06/2008

 doc crdebussymater13062008.doc

23/06/2008

——————————————–

Lettre Adressée à l’Inspecteur d’Académie

Cette lettre adressée à M Dupont de l’IA du Chesnay, concerne le souhait des parents d’élèves de la maternelle Debussy, de voir rester Mlle Annabelle Remy pour l’année scolaire 2008-2009.

En espérant de cette demande sera entendue….

doc courrieriamaintienannabelle210620081vf.doc 

23/06/2008

———————————————

RECONSTRUCTION DE L’ECOLE CLAUDE DEBUSSY 

Voici le tract FCPE qui a été distribué à tous les élèves du groupe scolaire Claude Debussy le lundi 09 et le mardi 10 juin 2008, concernant le projet de reconstruction de cette école.

doc Reconstruction Debussy

Ce soir le premier groupe de travail des élus se réunit pour discuter de la reconstruction. 

11/06/2008

———————————————

SEJOUR CLASSE DE DECOUVERTE A PIRIAC

Samedi soir à 23h00, le bus ramenant les élèves de la classe de CE1 de Claude Debussy de Mme Argentin, a déposé les 19 élèves de retour d’un séjour de découverte à Piriac.

Les enfants sont revenus avec de belles couleurs, le temps en Loire atlantique ayant été extrêmement clément. Il semble que les élèves aient apprécié les 6 jours passés ensemble en bretagne. Les villes du Croisic, Guérande et de la Turballe ont eu la visite de nos enfants.

Les enfants ont appris à récolter le sel avec les paludiers dans les marais salants de Guérande. Ils se sont adonnés à la pêche à pied à marée basse à Piriac et ont visité l’océarium du Croisic.

Le tout ponctué de jeux de piste et de bonne humeur.

Les enfants et leurs parents remercient particulièrement Mme Argentin & Mme Dumay pour leur disponibilité et leur bonne humeur pendant le séjour.

Que de beaux souvenirs……

08/06/2008

———————————————

RECONSTRUCTION DE L’ECOLE CLAUDE DEBUSSY 

Vous trouverez ci-après la lettre (fichier en pdf : pdf) envoyée par Mme Mercier (1ére adjointe au maire en charge de la vie scolaire) à propos de l’avenir du groupe scolaire Claude Debussy.

En quelques points voici le résumé de celle-ci :

  1. L’école crée en 1979 en préfabriquée est arrivée au terme de son utilisation.
  2. Une étude a été effectuée sur l’évolution des effectifs pour l’école Debussy et elle écarte l’hypothèse d’une ventilation des élèves de Debussy dans d’autres écoles.
  3. Au vu des effectifs à venir, une reconstruction est envisagée.
  4. A ce jour la mairie ne possède aucun éléments concrets, une réflexion est en cours et aucune solution n’a été retenue.
  5. Les parents et enseignants seront tenus informés de l’avancée des études.
  6. Lorsque l’on y verra plus clair, une réunion présidé par monsieur le Maire sera tenue pour l’ensemble des parents du périmètre scolaire.
  7. En attendant il y aura peut être une solution transitoire pour l’accueil des enfants dans de nouveaux préfabriqués.
  8. A ce jour aucune décision n’a été prise.

Voici quelques réactions ou questions glanées ici et là suite de cette lettre :

  • S’agit-il de la reconstruction d’un groupe scolaire ou seulement d’une école primaire ?.
  • Cette reconstruction se fera t’elle sur le site actuel ?
  • Si la reconstruction n’a pas lieu sur le même site, quid du maillage et de l’équilibre du quartier ?.
  • Quand aura lieu la première réunion des parents afin qu’il soit possible de s’exprimer sur un tel projet ?.
  • Avec la modification du PLU, de nouvelles habitations vont voir le jour dans le quartier et le besoin d’une nouvelle école sur le même site ne fera même plus débat.

Voici quelques pistes en provenance des parents d’élèves pour la reconstruction :

  • Une reconstruction oui mais sur le même site, car lorsque la média-thèque sera partie, il ne restera plus que l’école.
  • Il faudrait adjoindre au projet de reconstruction sur le même site, un terrain multi-sports dont le quartier a bien besoin.
  • Compte tenu des perspectives d’évolution des effectifs sur Debussy, celle-ci sera pour la rentrée 2008/2009 de même taille que l’école Weiss.
  • Comme affirmé par l’équipe municipale ré-élue en mars 2008, cette école sera en haute qualité environnementale, mais elle devra être aussi à énergie positive.

Voilà le débat est donc fixé, les premières réactions souhaitent une reconstruction sur le site même de l’école actuelle. Une part importante devra être faite aux pratiques sportives avec la construction d’un terrain de sport attenant à la nouvelle école. Et pour faire de notre commune un exemple en ce qui concerne le développement durable, cette reconstruction devra se faire suivant les nouvelles normes d’isolation et pouvoir générer plus d’énergie qu’elle n’en consommera. (Certaines expériences en Ile de France démontrent qu’un toit d’école agrémenté de cellules photo-voltaïques, génère des revenus non négligeables pouvant aller jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros par an).

La FCPE soutiendra les demandes de parents d’élèves et relaiera auprès de la mairie, vos attentes. Nous serons sûrement amenés à organiser une réunion pour connaître vos attentes sur le sujet de la reconstruction.

Si vous souhaitez participer au débat, vous pouvez laisser un commentaire ci dessous en bas de page.

07/06/2008.

Une réponse à “Groupe Scolaire Debussy”

  1. DIAZ dit :

    j’ai pris la parole pour demander à Me le maire, s’il n’était pas possible de regrouper tous les enfants sur l’école élémentaire, qui me paraissait en meilleur état, mais il m’a répondu que tout le Groupe avait été fait au même moment et qu’il présentait les mêmes dangers……

Laisser un commentaire

citoyenprogressiste |
goeland |
Gratte-Ciel Info |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...
| Le blog du 1er régiment d'a...